Accueil Historique
Historique de Lavardac


CE LIÈGE SI CHER À NOS COEURS PDF Imprimer Envoyer

On sent une réelle nostalgie dans les yeux des Lavardacais quand on prononce les mots « chêne-liège » et « liège ». Les activités traditionnelles qui sont liées à ces mots, et subsistent encore, ont marqué leurs mémoires.

Le liège fait partie de notre culture et de notre histoire.

On sait que le chêne appartient à la culture celtique. Il en existe plusieurs variétés. Parmi celles-ci, existe, dans le Bassin méditerranéen, une espèce appelée le chêne-liège. Cet arbre est apparu il y a 60 millions d’années. L’utilisation du liège est très ancienne. Les Egyptiens s’en servaient pour faire les bouchons des amphores. La Grèce antique en faisait des bouchons pour la pêche. Les Romains l’exploitaient déjà pour isoler les habitations et fabriquer des chaussures d’hiver pour femmes.

En Albret, on pense que les moines bénédictins venus de Catalogne en ont introduit l’exploitation. En 1903, on constate que le véritable chêne-liège pousse autour de la Méditerranée et qu’une autre variété se plait sur les bords de l’Océan. Ce dernier résiste mieux au froid. Sa longévité varie de 150 à 200 ans Il atteint parfois 300 ans. Il possède une grande capacité de régénération. Son écorce, légère, presque imperméable, mauvaise conductrice de la chaleur et du son se présente avec de profondes crevasses qui peuvent atteindre 2 à 3 cm d’épaisseur. C’est du tissu mort qui forme le revêtement protecteur de l’arbre. Pour l’industrie, l’épaisseur se situe entre 3,5 et 6 cm. C’est le suber. Formé à 89% d’azote, et de lenticelles, sortes de canaux qui régularisent les  échanges gazeux entre tissus de l’arbre et monde extérieur.

Lire la suite...
 
IL A OSÉ ! LUCIEN PERAIRE, ENFANT DE LAVARDAC, VOYAGEUR ESPERANTISTE. PDF Imprimer Envoyer

     Les registres de la Mairie de Lavardac nous précisent que Pierre Auguste Lucien Peraire est né en 1906, le vingt sept avril, à 10 heures du matin. Il est un des jumeaux, né le second, d’une naissance gémellaire qu’une sage-femme a déclarée à la Mairie,  alors que sa sœur, Madeleine, est née la première. Les parents sont Peraire Estevan Francisco Ventuta, laboureur âgé de 43 ans, journalier, momentanément absent de la commune de Lavardac, et son épouse Romero Maria Lucia, bouchonnière âgée de 33 ans. Ils résident à Lavardac.

Péraire est né d’une famille très modeste, sans doute originaire d’Espagne.

     Il fréquente l’école de Lavardac qu’il quitte à 11 ans pour travailler. Au cours de ses périodes d’apprentissage, il apprend la sténographie. Apprenti chez un réparateur de bicyclettes, il apprend à réparer les vélos et même à fabriquer le sien. Chez un charpentier, il apprend des bases de calcul et de dessin.

C’est dans le cadre de la 1° Guerre mondiale qu’il grandit.

     Doué d’une forte intelligence, il commence à penser que si on veut éviter les guerres, il faut être tolérant et pratiquer la tolérance. La tolérance passe par la communication et les échanges entre individus. Il apprend l’espéranto par correspondance. Nous n’avons pas de précisions sur cette démarche.

Lire la suite...
 
«DébutPrécédent123456789SuivantFin»

Page 2 sur 9
Copyright © 2008 Ville de Lavardac - Création graphique et web -