Accueil Historique
Historique de Lavardac


Les guerres de religion : des siècles troublés PDF Imprimer Envoyer

Il est difficile, en un seul article, de parler de Lavardac, de son évolution et de ses habitants dans l’époque qui suit le Moyen-âge. Nous allons évoquer d’abord les problèmes religieux, politiques, et leurs conséquences. Dans un prochain article, nous aurons à parler du commerce sur la Baïse, des marchandises qui transiteront par notre ville. Le Moyen-Âge se termine. La Guerre de Cent Ans s’achève. Le pouvoir royal progressivement élimine les pouvoirs des seigneurs, en particulier sur les villes, contrôlées par les plus riches bourgeois, souvent commerçants, et représentés dans les Parlements locaux. La population devient exigeante en ce qui concerne les croyances, les rites, le mode de vie des prêtres et de la hiérarchie religieuse. Certains les critiquent ouvertement. Tels Calvin et Luther. Ils sont suivis par des princes, des seigneurs, dans leur refus du pouvoir du pape. Leurs sujets les suivent obligatoirement : un roi, une foi, une loi. Les Guerres de Religion vont opposer les Catholiques et les Protestants. Les rois de France catholiques vont d’abord défendre la religion de leurs ancêtres. Les tendances religieuses sont partagées entre les Catholiques modérés, les Catholiques extrémistes, et les Protestants. La sœur de François 1er, Marguerite de Valois, reine de Navarre, permet aux idées nouvelles de se répandre à la cour de Nérac. Calvin rencontre Lefèvre d’Etaples. Sa fille Jeanne d’Albret, avec une rare énergie, assure l’implantation du protestantisme, dans ses terres, le Béarn, l’Albret. Les populations de Nérac, Lavardac, Agen, et Clairac, et celles des campagnes choisissent en majorité le protestantisme. Les deux partis s’opposent. C’est le début des guerres de religion.

Lire la suite...
 
Vivre à Lavardac au Moyen-Âge PDF Imprimer Envoyer

L’empire romain lentement disparaît. Les temps des invasions wisigothiques, durant le haut Moyen - Âge, montrent, qu’après les premières destructions, les sites antiques continuent à prospérer. Les gens de l’Aquitaine se mêlent aux populations germaniques.

Entre Antiquité et début du Moyen-âge

La première église de Lavardac dépend de l’abbaye de La Sauve-Majeure. Elle est construite sur le site de Saint -Crabary, puis reconstruite en dur. Trop éloignée de la ville, l’église perd au Xll° siècle son titre au profit de la toute nouvelle église Sainte Marie de Lavardac, contemporaine de la bastide. L’existence du castrum est mentionnée dans un texte de 1246. C’est une résidence fortifiée qui domine la vallée de la Baïse depuis un à-pic rocheux, au voisinage de l’actuelle place du château, créée à partir de 1 851. Le castum possédait, dans ses terrains calcaires veinés de silex, un point d’eau, indispensable à tout système fortifié, pris dans l’habitation du seigneur. Un auteur a évoqué les ruines d’un très vieux château dont subsistaient de vieux pans d’épaisses murailles. La dernière des tours carrées, assise sur le bord escarpé de la façade de la ville qui longeait la rivière, ruinée par le temps à sa base, s’écroula un jour, tout à coup. Les prisons auraient été installées dans une vieille tour. Dépendant du castrum, la chapelle castrale est dédiée à Saint Germain. Elle a aujourd’hui disparu. Il existait, au XIX°siècle, une rue Saint -Germain, à Lavardac. Un village se développe autour de la zone fortifiée : le bourg castrai.

Lire la suite...
 
«DébutPrécédent123456789SuivantFin»

Page 7 sur 9
Copyright © 2008 Ville de Lavardac - Création graphique et web -